Главная

Le français deuxième langue en première place .

Le 27 mars 2017 s’est tenu à Korolev le premier séminaire régional destiné aux professeurs de français de l’oblast de Moscou et consacré aux approches méthodologiques et aux perspectives de l’enseignement du français deuxième langue à l’école.

Ce séminaire organisé à l’initiative du département de langues romanes du MGOU et accueilli au sein du gymnasium № 5 de Korolev a attiré plus de 140 participants, grâce à sa thématique particulièrement d’actualité.

La question de l’enseignement du français langue seconde a également su intéresser les hautes autorités en charge de l’enseignement en la personne de Claudine Mocnik,  attachée de coopération de l’Institut Français, de Valentina Lobachkina, assistante parlementaire et d'Alexandre Karmaev, du ministère de l’enseignement de l’oblast de Moscou.

L’objectif du séminaire était non seulement de promouvoir la place du français, langue la plus enseignée en langue seconde, mais avant tout de fournir aux professeurs des instruments pédagogiques adaptés à ce type de discipline, et permettant de remplir les objectifs éducatifs en tenant compte des contraintes en temps et en moyens liées à la place attribuée à la deuxième langue.

Cela passe bien sûr en premier lieu par l’échange d’expériences pédagogiques comme méthode de formation continue. Ainsi les leçons ouvertes ont-elles occupé une part importante des travaux, offrant de manière tangible des réponses aux besoins en compétences communicationnelles, cognitives et culturelles des différentes classes.

Le choix du gymnasium № 5 de Korolev n’est pas anodin puisque Lioudmila Vochtchilina y enseigne le français langue seconde depuis 25 ans. Ses innovations pédagogiques ont permis de faire de la langue seconde une discipline à part entière, élargissant l’éventail du choix des élèves pour la suite de leur formation. En témoignent les messages vidéo adressés depuis différents pays par les anciens élèves à leur professeur. L’apprentissage du français leur a ouvert de nouvelles perspectives professionnelles, universitaires et personnelles qu’ils ont su saisir.

La séance de travail a ensuite laissé place à un spectacle mis en place par les élèves de Korolev.

Ils ont par leur travail et leur talent rappelé le but premier de l’apprentissage des langues, qui est le même que celui de l’expression corporelle ou de la musique , à savoir servir de trait d’union entre les peuples.